rentrée 2019

Les recteurs et les IA-DASEN changent, nous, nous restons!
Nous restons fidèles au poste, malgré les difficultés croissantes qui nous empêchent de pratiquer notre métier correctement. Le défi est quotidien pour faire réussir tous les élèves, n’en laisser aucun sur le bord du chemin. Les effectifs par classe sont affolants dans la plupart des établissements, les injonctions et prescriptions se multiplient pour nous assommer de travail. Certains discours officiels sont alors inadmissibles : face aux difficultés collectives exprimées dans certains établissements et liées aux dérives managériales, la réponse reste individuelle, l’attaque ad hominem. C’est finalement le professeur qui endosse la responsabilité de l’échec du système et « qui embarque les élèves ou non une fois la porte de la salle fermée ». Fi desmalentendus sociocognitifs, des problématiques adolescentes, des histoires de vie personnelles, scolaires,desdifficultés externes qui empêchent les apprentissages ! Exit le travail en équipe pluri-professionnelle ! Tout cela ne sert à rien, c’est l’enseignant qui est responsable de tout…et des difficultés de ses élèves. Les difficultés de gestion de classe sont niées et renvoyées à la personne.« Pas de vague » vous dit-on.
L’école dite « de la confiance »,c’est bon pour lesmédias.
Retrouvons notre pouvoir d’agir, résistons collectivement : la lutte a permis de mettre de côté, pour
un temps, l’école du socle.

Le collège sur le site national

Faire respecter ses droits

Le SNES-FSU vous rappelle les règles qui régissent actuellement le fonctionnement des collèges (EPI, AP, oral de DNB, inclusion, évaluation) et l’expérimentation « innovante », un point également sur la rentrée en éducation prioritaire est réalisé.

Autres liens vers le site national