Rentrée 2018 : après les annonces, la réalité

Le portable est interdit… mais l’application de la loi est une nouvelle fois renvoyée au local. Le plan Chorale tombe à l’eau lorsque la concurrence entre les disciplines entre en jeu pour se partager les 3 malheureuses heures de marge. À cela s’ajoutent des nouveaux programmes qui viennent une nouvelle fois alourdir la charge de travail des enseignants.

Deux ans seulement après l’imposition des programmes sur les 4 niveaux en même temps, au détriment de la cohérence des apprentissages des élèves, il faut revoir le travail réalisé, étudier de nouveaux textes, les comparer avec les anciens. Les repères de progressivité annuels, réclamés depuis plus de deux ans par le SNES-FSU, attendront… et seront publiés dans l’année scolaire avec sûrement un effet rétroactif… Peut-être faudra-t-il tout revoir… Quel mépris pour le travail réalisé souvent en équipe par les collègues !

Le LSU a dépossédé les enseignants de leur travail d’évaluation en le rendant vide de sens en fin de troisième. La même logique domine avec les évaluations en classe de sixième.

Inexploitables par les enseignants qui n’ont accès ni à leur contenu, ni aux erreurs des élèves, elles sont un outil d’une part pour mettre au pas les enseignants (par de « bonnes pratiques ») et d’autre part pour trier les élèves, les classes, et surtout les établissements. De là à les utiliser pour lancer la paie au « mérite », il n’y a qu’un pas que Blanquer veut s’empresser de franchir. Le SNES-FSU dénonce ces outils de management qui n’ont de pédagogiques que le nom. 

Le collège sur le site national

Faire respecter ses droits

Le SNES-FSU vous rappelle les règles qui régissent actuellement le fonctionnement des collèges (EPI, AP, oral de DNB, inclusion, évaluation) et l’expérimentation « innovante », un point également sur la rentrée en éducation prioritaire est réalisé.

Autres liens vers le site national